top of page
Rechercher

Si le Béron pouvait parler


Le Béron traverse le nord-ouest de l'agglomération vichyssoise et serait sévèrement impacté par le Contournement Nord-Ouest de Vichy.

S'il pouvait parler, que dirait-il?

Un poète militant, inspiré par la notion d'animisme juridique, lui a prêté sa plume.


Moi, le Béron en colère,


Je ne suis pas le bel Allier, autrefois le plus beau ruisseau à saumons du royaume, mais son fidèle affluent et contributeur.


Je nais à Biozat. Comme un pied de nez à l’abominable remembrement des années 60 (qui a transformé la Limagne, zone humide, en un désert pesticidé), je traverse le nord de cette contrée en tentant d’échapper à tous les effluents de l’agriculture « moderne ».

Je n’en sors pas indemne, puisque la qualité de mon eau est jugée « mauvaise » voire nauséabonde par les analystes officiels !

J’en appelle donc à tous les "maires" des villages traversés, de ma source à mon embouchure 16km plus loin (Biozat, Sebannes, Cognat Lyonne, Espinasse-Vozelle, Vendat, Charmeil), qui auraient dû être des « mères » pour moi, puisque c’est nous, les petites rivières, les ruisseaux, les sources qui embellissons le paysage, fournissons pâture et ombrages à toutes les espèces et faisons les fleuves, j’en appelle donc à ces laudateurs de rond-points, ces fanatiques idolâtres du béton et des remblais, pour qu'ils prennent soin de moi à l’avenir.

Faute de quoi, je me verrai obligé de sortir de mon lit et de porter l’affaire en justice.

J’entends dire que ces édiles zélés et goudronophiles programment ma disparition au profit d’un boulevard périphérique, je suis donc si laid, si inutile?  

Hélas, j’ai grand peur qu’on ne puisse donner à boire aux âmes qui n’ont pas soif!

Je soussigné, la rivière LE BERON



Alors, que font les Maires pour le Béron ?


Comme d'autres affluents de l'Allier, le Béron fait l'objet d'un plan de restauration afin de satisfaire à la Directive Européenne sur l'eau. Un Contrat Territorial des Affluents de l'Allier (2019-2025) a été mis en place en deux phases (lire ici et ici) par Vichy Communauté.


Malheureusement, ce programme à 7 millions d'euros, qui a entraîné une augmentation des impôts locaux, se borne principalement à gérer la végétation le long du ruisseau (lire l'Annexe 9 du 2° document), comme si les désordres venaient de la Nature elle-même.


La vérité est que les problèmes constatés sur les affluents de l'Allier viennent exclusivement de l'activité humaine:

  • pollutions, qui affecte la qualité de l'eau - le Béron charrie entre autres du glyphosate et du toluène (source ici), ce dernier probablement en provenance du site de Montpertuis,

  • endiguements et bétonnage, qui affectent la qualité et la quantité de l'eau et favorisent les inondations,

  • réchauffement climatique. Plutôt que de "jeter de l'argent" sur les problèmes, il faut donc stopper les perturbations humaines responsables de ces problèmes, et cela veut dire renoncer à construire le Contournement Nord-Ouest.



Situation du Béron par rapport au tracé du CNO (en rouge)



Note: Etat écologique "mauvais" du Béron en 2013, source: https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9ron_(affluent_de_l%27Allier); en 2017, source: CESAME – Diagnostic de territoire, Vichy Communauté 2017.

30 vues0 commentaire

Comments


bottom of page