top of page
Rechercher

Vichy agglo rêve d'industrialiser la forêt.

Dernière mise à jour : 2 janv.


Depuis plusieurs années, la communauté d'agglomération veut faire passer ses activités d'exploitation forestière à la vitesse supérieure. Clé de voûte de cette "filière bois": le site de Montpertuis, situé au nord de l'agglomération, promis à la fois au déboisement et à la transformation industrielle.


Mais ce choix est-il compatible avec les engagements climatiques affichés par l'institution?


En l'espace d'un ou deux ans seulement, plusieurs évolutions inquiétantes pour le climat, mettant en jeu la forêt, se sont accélérées:


- La surface brûlée par les feux de forêt en Europe a doublé en 2022 par rapport à la moyenne des 16 années précédentes (voir graphique ci-dessous).

- Les sècheresses récurrentes ont produit des épidémies de scolyte qui ont ravagé des milliers d'hectares de résineux.

- 2022 a été la pire année pour la repousse des arbres nouvellement plantés: 38% de ces repousses ont échoué ! (lire ici).

- Du fait de la mortalité des arbres, la capacité des forêts françaises à absorber le carbone s'est brutalement dégradée. Dans près d'un-quart de la France, les forêts sont devenues émettrices nettes de CO2 (lire ici).


Feux de forêts en 2022 et 1° semestre 2023

Ces phénomènes particulièrement inquiétants devraient nous inviter à considérer les arbres avant tout comme des gardiens du climat, de la biodiversité et du cycle de l'eau, dont dépendent notre vie sur Terre.


Au lieu de cela, Vichy Communauté a lancé une campagne faussement rassurante sur l'exploitation de la forêt. En 2022, (cette année qui a justement été la pire pour les forêts), les citoyens étaient conviés à regarder un film documentaire de Frédéric Denhez intitulé "Le bois, source d'avenir" (alias « L’écologie près de chez nous en Auvergne »).


Petit florilège des messages visant à banaliser les pertes forestières:


- « Trop d’arbres finit par étouffer la biodiversité. »

- « Pour restaurer le milieu, il faut faire des coupes à blanc. »

- « Les coupes à blanc, c’est une chance pour la nature; la nature, elle aime bien être perturbée parfois. »

- "Dans le Livradois-Forez comme ailleurs, il n’y a en réalité quasiment pas de forêts naturelles : à peine 0,1% de la surface boisée." (pas la peine de s'en soucier, donc... )


Ah oui, car dans le film c'est un Parc Naturel Régional, celui du Livradois-Forez, qui est concerné par ces bonnes résolutions. Cela ne gêne personne.


Dans ce documentaire, qui est financé par une collectivité locale, l'inquiétude pour le sort des forêts est taxée de "réaction excessive, irrationnelle, parfois." Et bien sûr, on feint de croire que le bois qui brûle dans une cheminée ou dans une chaudière ne rejette pas de CO2 - un grand classique du "green-washing" à la sauce forestière (lire entre autres cet article).


Vous pouvez admirer la "stratégie du doute" déployée dans le documentaire cité, disponible en libre accès ici; mais n'oubliez pas de consulter également la parole des associatifs, comme par exemple: "Brûler la forêt pour sauver le climat?", "La forêt française en danger", ou "Les coupes rases".


Comme pour souligner l'incohérence entre l'industrialisation de la forêt et le souci du changement climatique, la ville de Vichy a co-organisé, le 25 novembre 2023, un colloque climato-sceptique, où trois intervenants ont mis en doute le rôle de l'activité humaine dans l'évolution du climat - mais aucun intervenant n'a défendu l'opinion contraire, qui fait pourtant la quasi-unanimité dans la communauté scientifique.


Drôle de conception du débat et de la responsabilité en politique, à l'heure où 90% des jeunes en France se disent inquiets pour l'avenir de la planète, et demandent des réponses.

103 vues0 commentaire
bottom of page